Les réseaux sociaux, un formidable outil de développement pour les entreprises.

Facebook, Instagram, Twitter… Les réseaux sociaux se sont taillés la part belle dans notre quotidien et rares sont ceux qui aujourd’hui ne disposent pas d’au moins un compte. S’ils servent avant tout à créer et maintenir du lien entre les personnes, ils sont également un extraordinaire support de développement pour les entreprises. Mais d’apparence simple à prendre en main, les réseaux sociaux cachent en vérité un système bien plus complexe dont le « Community Manager » maîtrise les rouages. Zoom sur ce métier 2.0 !

« Les bonnes tables, les mauvaises et celles à éviter », voici une devise qui pose les bases. Sillonnant les restaurants de Provence depuis 32 ans, le guide Le Bouche à Oreille se veut indépendant et transparent envers son lectorat. Aujourd’hui en quête d’un trafic plus important sur son site internet, il a fait appel à notre agence pour prendre en main la gestion de ses réseaux sociaux, relais de ses publications.

Développer les réseaux sociaux, oui. Mais pour parler de quoi ?

Pour bien communiquer sur un sujet, encore faut-il bien comprendre ce sujet. Tout travail débute donc par un dialogue avec le client pour cerner son fonctionnement et ses valeurs. M. Olivier GROS est critique culinaire et rédacteur du guide « Le Bouche à Oreille » en version papier trimestrielle et sur le web. Loin des grands sites bien connus qui répertorient les restaurants sur les avis de clients parfois fictifs, le Bouche à Oreille met un point d’honneur à réellement tester avant d’encenser ou de dénoncer sans état d’âme les bonnes et moins bonnes adresses de Provence. Une ligne éditoriale toute tracée : la communication sur les réseaux sociaux devra ici conserver le ton franc, impartial et sans détour des critiques nées sous la plume de M. GROS et nous ne sommes pas là pour plaire à tout le monde !

Établir une stratégie efficace sur les réseaux sociaux.

Les coûts d’impression des tirages papiers subissant actuellement une forte augmentation, les guides trimestriels du Bouche à Oreille se doivent désormais d’être largement appuyés par un lectorat régulier sur le site internet. De ce constat se dégagent donc ici plusieurs objectifs :

  • (Re)conquérir son public historique. Après 32 ans d’existence en format papier et bien que le site internet soit alimenté depuis l’an 2000, de nombreux abonnés à la revue trimestrielle ignorent encore l’existence du guide dans sa version dématérialisée. Il s’agira donc de réussir à conserver l’âme de l’édition, en reprenant notamment les dessins humoristiques qui ponctuent les pages du guide ainsi que le système de notation visuel des restaurants propre au Bouche à Oreille : des 5 chandeliers (pour la table exceptionnelle) aux 4 zéros pointés 0000 (pour la table scandaleuse).
  • Atteindre de nouveaux lecteurs. Pour continuer à se développer, il est essentiel de faire grandir le public du guide. Afin d’attirer l’oeil d’un nouveau lectorat, il est essentiel de se démarquer des autres guides de restaurants en mettant en avant ce qui fait la singularité du Bouche à Oreille : la promesse de critiques honnêtes, fiables et, il faut l’avouer, plutôt divertissantes à lire, en lieu et place d’avis insipides achetés par des restaurateurs peu scrupuleux. Ce sont les extraits de ces critiques, soigneusement choisies qui viendront alimenter les publications sur les réseaux sociaux pour encourager à la lecture de l’article complet sur le site internet.
  • Encourager de nouveaux restaurateurs à se faire tester. Pour alimenter son guide de nouvelles critiques, le Bouche à Oreille doit se faire connaître des (bons) restaurateurs et les inciter à le contacter à cet effet. Des publications spécifiquement destinées aux professionnels de la cuisine se chargeront ici de mettre en avant les avantages d’accueillir les testeurs : si vous êtes un bon cuisinier, la critique découlant du test saura vous amener une clientèle de qualité, en recherche d’une vraie bonne table.

Bien utiliser la publicité sur les réseaux sociaux

À raison de deux publications par semaine, voici nos réseaux sociaux lancés dans une bonne dynamique au contenu pertinent. En quelques semaines, le bilan est positif, de nouveaux abonnés arrivent et le taux de couverture de nos publications est en constante augmentation. Pour donner un coup d’accélérateur à ces premiers résultats positifs, c’est désormais le bon moment pour exploiter les publicités. En effet, celles-ci sont un moyen efficace de diffuser notre travail à grande échelle auprès d’un public ciblé.

Declicexpro agence de communication globale - visuel de publication pour les réseaux sociaux du Bouche à Oreille sur la ville de MarseilleIl ne s’agit pas d’afficher notre contenu auprès du plus grand nombre de personnes, mais bel et bien de créer une communauté avec un réel engagement. En effet, 1000 abonnés passifs valent bien moins que 50 abonnés actifs, intéressés par notre propos et enclin à interagir avec nos publications (clic sur le lien vers l’article, like, commentaire…). Pour ce faire, les outils de statistiques mis à disposition par Facebook nous permettent une première analyse afin de cerner nos abonnés. Dans la petite communauté déjà établie autour du Bouche à Oreille, nous trouvons majoritairement des personnes âgées d’une cinquantaine d’années et plus, réparties géographiquement en deux points majeurs : le plus important sur la commune de Marseille et le second sur l’aire toulonnaise. Partant de ce constat nous sponsorisons une publication sur le thème des restaurants à essayer à Marseille durant l’hiver. Facebook nous offre alors un formidable outil de publicité permettant de s’appuyer sur les données démographiques et les centres d’intérêt de ses utilisateurs pour leur diffuser notre contenu. Notre audience ciblera donc sur une semaine les cinquantenaires et plus vivant à Marseille et alentours, intéressés par la gastronomie, le vin, le tourisme, la Provence…

Sans surprise, le résultat est au rendez-vous avec une nette progression de nos statistiques, mais également du nombre de visites sur le site du Bouche à Oreille. L’objectif est atteint !

Pour conclure

Faire appel à une agence de communication pour gérer vos réseaux sociaux ne vous permet pas seulement de gagner du temps en déléguant vos publications. C’est avant tout échanger avec une équipe professionnelle qui saura cerner vos besoins et ses spécificités. En maîtrisant parfaitement les réseaux sociaux, leurs codes, leurs outils et leur mode de fonctionnement, le Community Manager saura vous apporter conseils et réponses à vos problématiques. En bref, une véritable plus-value à ne pas négliger dans la croissance de votre entreprise !

Découvrir le Bouche à Oreille :
Sur son site web
– Sur Facebook @GUIDE.LEBOUCHEAOREILLE
– Sur Instagram @guide_le_bouche_a_oreille
– Sur Twitter @BaoPlaton

Article précédent